P3109A
© Pixnio

et fort de cette double révélation, ils nous permettent de rester en lien avec Dieu, en communion avec le prochain et la création. Mon identité protestante me permet d'assumer une histoire qui me précède et une manière critique de lire la Bible. Mes valeurs, ma foi chrétienne me permettent d'orienter ma vie dans une certaine direction et de dire non à certaines valeurs qui, pour moi n’en sont pas. Mais si, par je ne sais quel cheminement, ces dix commandements, cette foi chrétienne, ces valeurs, cette identité protestante deviennent un critère de jugement pour me jauger, me juger, puis juger le prochain, je pervertis complètement leurs rôles. Profitons de nos retrouvailles en Église en ce mois de septembre pour renouveler nos regards sur le prochain et aller plus en profondeur dans notre fraternité.

Pourquoi cultivons-nous ce plaisir que nous avons, les uns et les autres, à juger ? Sur quoi nous appuyons nous pour établir un jugement sur le prochain ? Est-ce une manière de se jauger par rapport à l'autre, de se différencier ? Est-ce une posture qui atteste, l’air de rien, une supériorité morale, éthique… ? Ce que l'Apôtre Paul conteste dans ces deux chapitres, c'est cette posture de jugement. Juger, c'est donc avoir une emprise sur l'autre ou plutôt croire que nous avons une réelle emprise sur l’autre. Juger l’autre, c'est le cataloguer. C'est l'enfermer dans mes catégories de pensée. Juger l'autre, c'est finalement un acte rassurant. L'autre est comme cela. Et dans ma mémoire, il restera comme cela de manière définitive. Donc, je l'enferme dans la prison que je lui construis. C'est en cela que seul Dieu est un juste juge, car jamais il n'enfermera un individu. Toute la réflexion de l'apôtre Paul consiste ici à indiquer que notre manière de juger, de nous positionner, de nous différencier par rapport à notre prochain est parfois faussée. Soyons plus précis : Faire de la loi du pentateuque, de mon identité protestante, de mes valeurs, l'élément qui va m'autoriser à juger mon prochain est une monstruosité. Car ses supports-là ne nous ont pas été donnés par Dieu pour cela. Les dix commandements sont un chemin qui éclaire les choix que nous avons à faire, qui révèle ce qui en nous est de l’ordre du péché

IMG2924

Jean-Pierre JULIAN,
Président du Conseil Régional
en Cévennes-Languedoc-Roussillon

Retour Accueil
Le jugement de mon prochain