communion luthérienne et réformée
Sur le chemin de la

Je voudrais te prier comme n'ayant plus rien à perdre.

Tu m'as comblé.
J'ai reçu autre chose que ce que j'espérais,
autrement que je ne l'exigeais.
L'existence même m'est ce bien précieux.
Et il m'arrive – gloire à toi ! – de me réjouir même de son imperfection

Cette existence, je la maudis aussi parfois, je le confesse…
Car je suis moins attaché à ce que j'ai déjà reçu qu'à ce qu'il me reste à perdre.
Et il est, devant ce monde, plus gratifiant de se plaindre que de se réjouir.

Seigneur, aide moi à grandir dans la foi.
Car il est inévitable que je perde ce qui me fut le plus précieux.
Je suis mortel parmi les mortels.

Alors donne moi, je te prie, d'être à l'égard de cela, ayant comme n'ayant pas,
capable par toi de créer un bien que je ne possèderai pas,
ne jouissant de ce bien qu'en étant généreux.
Et priant en route, et en vérité, que ta volonté s'accomplisse.

Jean Dietz

bandeauht
EPUFLogcontblancsstypo
ÉGLISE PROTESTANTE
Pour prier et méditer